Archives de catégorie : Percho se balade

Histoire d’un petit carnet…

Quelques jours à Paris, histoire de se balader, de respirer, 
de visiter quelques expositions, source d'inspiration...

Pendant ces échappées, mon exercice est de "croquer" des têtes, 
des silhouettes qui me touchent, qui me parlent.
Mon petit carnet me suit partout, il se remplit petit à petit.
Il est en format de poche avec un papier 120g. 
Il supporte les nombreux gommages, mes balbutiements, mes recherches, 
mes tâtonnements. Il est le témoin de la naissance d'une nouvelle idée. 
Je note des petites phrases que je ne veux pas oublier.
En général, je m'assieds dans un coin discret.
"J'accroche" un geste, un regard, une attitude,  sans autre prétention
que d'exercer la main, l’œil, l'esprit. 
Ainsi va la vie avec mon petit carnet.

   
    

Carouge, la Géante…

♥ Vendredi  29 septembre 2017 ♥
On a eu de belles surprises à Carouge ce jour là, et j'en suis encore  émerveillée. 
Pensez-donc des Géantes à Carouge! Et avec le soleil! Et avec le sourire 
des uns et des autres! En plus, ces géantes  marchaient, avançaient sous les yeux 
admiratifs de tous.
    
Merci aux  "lilliputiens" qui ont travaillé avant et pendant la fête 
pour que nous puissions nous émerveiller.   

C'est donc possible, à Carouge d'organiser une manifestation  
qui bouscule les habitudes, 
qui oblige les organisateurs à faire face à des problèmes,  
à des questions difficiles, 
des réticences. C'est possible!  Il suffit d'y croire et de travailler..beaucoup!  

Alors, pendant qu'on y est, et avant que le souffl(é) 
créatif ne retombe de trop haut, on pourrait prendre certaines mesures 
pour retrouver un flux plus important de visiteurs nécessaire 
à la vie de Carouge. 
En vrac, quelques idées: 

- retrouver la braderie (comme avant 2013) pour une grande fête de printemps 
où toutes les rues du Vieux Carouge seraient investies 
aussi bien par les habitants 
que les commerçants, où chacun pourrait vendre son vide-boutique, 
vide-grenier, ses puces…  "ça a marché pendant 20 ans grâce à la volonté 
de la Ville de Carouge...et tout à coup, 
"on" a décrété que ce n'était plus possible !
[clic pour article juin 2015 "ensemble"]

- on pourrait décorer pendant l'année non seulement  la zone piétonne, 
mais aussi les autres rues... pour que l'ensemble de Carouge 
soit attractif et visité. 
Carouge ne s'arrête  pas à la Place du Marché.

 - on pourrait illuminer tout Carouge  et pas seulement la zone piétonne 
( ciel de lumière) pour les fêtes de fin d'année, 
de début décembre à fin janvier.
 
- on pourrait  faire profiter chacun d'une demi-heure 
de parking gratuit en semaine. 

Certainement que d'autres idées pourraient être concrétisées, 
probablement vues comme extrêmement compliquées,  car nettement moins médiatiques 
que ces géantes qui ont enchanté nos cœurs pendant juste quelques heures. 

Entendues de la bouche de plusieurs commerçants et artisans 
ceux-là même qui voient "leur" Carouge se désertifier, 
la réalisation de ces idées et d'autres  renforcerait l'attractivité de Carouge.
Pour cela il suffit "juste" de le vouloir... 

Merci Grand-Mère de nous montrer que de "petites" idées peuvent devenir géantes !


photoS : PERCHO ©

…Les gammes de PERCHO !

Pendant les vacances, les jours de balade, mon carnet de croquis ne me quitte pas !
Je dessine,  barbouille, gribouille dès qu'un regard, un visage, 
une attitude me "parle". 
Quelques secondes, pour saisir l'essentiel... 
il faudra encore beaucoup de travail pour 
qu'une encre originale émane d'un de ces dessins...

 

  
        
esquisses

   
...aquarelles pour carte au retour de mon échappée à St Pétersbourg.
 
PERCHO ©

16.03.2017… installation-éphémère…!

… une journée  spéciale autant pour les artisans boulangers-confiseurs de Genève que pour moi…  une installation éphémère au cœur de Genève..Belle vitrine, non ?

Chouette de vivre une expérience comme celle-ci… cela apporte matière à enrichir la vie de l’artiste  de par les rencontres, le partage…

video : PERCHO ©

Histoires d’atelier…

Mon voisin d'en face, artisan ébéniste et restaurateur de meubles anciens
ferme son atelier.

Michel Farina a apporté à notre rue une couleur particulière, 
la couleur des "gens de métier", la couleur de celui qui a la mémoire des choses, 
des gens et d'une communauté. 

Avec sa bonhomie naturelle, son franc-parler, Michel  
touche au cœur des gens qu'il côtoie..  juste ce qu'il faut !

Ces derniers mois, il a accepté que je le filme et l'enregistre, 
avec les moyens du bord, en toute simplicité, en toute amitié. 

Histoires d'atelier, quelques images, bribes et petits mots de tous les jours.  
Merci Michel pour votre confiance. PERCHO 20 janvier 2017

video-musique-textes : PERCHO ©