Archives de catégorie : on en parle…

Carouge Flash – mai 2003

PERCHO-CAROUGE ©Il était une fois, à 
Carouge, une toute petite arcade de la Rue Ancienne où Percho abritait une foule de 
personnages et d'animaux tendres et rigolos.Un univers magique et bigarré.
Une histoire de passion après plusieurs années de travail dans le domaine social 
pour cette femme aux yeux bleus malicieux que l'on devine pleine de douceur, 
qui voulait changer de voie après avoir élevé ses deux filles.
L'histoire d'une quête qui commence dans le froid de Noël, place de la Fusterie 
où Percho a fait ses preuves, 4 années durant. Elle commence par des cartes de 
voeux, d'excuse, d'amour, où prennent vie ses personnages fantastiques 
tout droits sortis d'un livre d'enfant qui lui permettent pour une somme 
très modique de faire voyager ses dessins dans le monde entier. 
"Au travers de la carte, c'est tout l'univers de la peinture que l'on peut 
aborder, c'est aussi pour moi une manière de me perfectionner et d'évoluer",
 explique-t-elle. Car Percho n'est pas femme à se satisfaire des routines, 
ce qui explique pourquoi de la carte elle a voulu  voir plus grand, 
réaliser des tableaux où se sont développés ses univers imaginaires, 
empreints de couleurs acidulées ou pastels, mais toujours pleins de magie 
et de poésie. Grand-mère à roulettes, chats multicolores et autres animaux
farfelus se partagent volontiers la vedette! 
"Une forme d'écriture, poursuit-elle, que j'ai eu besoin de mettre en volume, 
c'est pourquoi j'ai commencé à peindre sur des objets en 3 dimensions". 
Ainsi, on trouve à l'arcade de Percho toutes sortes de bols
(au fait, avez-vous celui que vous méritez?), tasses ou verres à champagne 
tout droit sortis de son imagination débordante.
Les affres de la création:
Percho évolue parfois malgré elle. Ainsi, si c'est d'une démarche bien précise
(un calendrier de bois avec des figures mobiles aimantées) que lui est venue
 l'idée 
de fabriquer des magnets-animaux.Les Perchettes sont nées dans la douleur: 
"Je me suis peu à peu sentie en changement, pas très bien, 
comme si quelque chose devait sortir...J'ai tenté le coup, je me suis laissée aller 
dans ce sentiment de fatigue face à ma peinture... j'ai ressenti le besoin 
de créer 
des volumes et c'est ainsi qu'est née la première Girafine. Quand je l'ai vue, 
je me suis demandé si je devenais dingue!" raconte Percho, modestement. 
La Girafine, pattes de fil de fer et ressorts, corps fait d'une technique mixte 
dont elle a le secret qui mêle peinture acrylique,plâtre et papier mâché, 
est en effet une bestiole fort sympathique, venue on le jurerait,
des tableaux de l'artiste... Qui a, depuis, fabriqué toute une famille, 
avec les Perchettes, d'adorables petites bonnes femmes aux grosses godasses 
attendrissantes, les Poulettes très sautillantes et emplumées, les Marguerites, 
des vachettes rigolotes..etc... 
Preuve qu'au talent, elle a su conjuguer un travail acharné, ce dont 
comme toujours elle ne se vante pas, préférant observer les émotions qui 
surgissent chez ses spectateurs: "cette émotion est mon moteur. 
Je ne pourrais pas partir aider les autres dans des pays lointains, 
mais si je peux, ici au moins provoquer un sourire, alors je suis heureuse". 
Ainsi Percho se réjouit d'avoir été acceptée parmi les artiste 
de la Palette Carougeoise qui exposeront leurs oeuvres à la salle des fêtes.
Elle y montrera une grande partie de son travail, l'occasion rêvée 
pour découvrir l'univers de cette artiste très attachante.
Christelle Resvard Carouge Flash  - mai 2003